Communiqués

Délit de solidarité


Le MRAP solidaire du capitaine Carola Rackete

Le MRAP refuse toute pénalisation de la solidarité, exprime son entière solidarité avec la capitaine Carola Rackete dont le seul objectif est de sauver des vies humaines et demande l’arrêt de toute poursuite ainsi que la restitution du Sea-Watch 3.

Dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 juin, Carola Rackete, la capitaine du bateau humanitaire Sea-Watch 3, s’est engagée dans le port de Lampedusa en Italie avec les quarante migrants rescapés de Libye qui subsistaient à son bord, après dix-sept jours d’errance en Méditerranée, malgré le barrage du navire des douanes italiennes qui occupait le quai
pour l’empêcher d’accoster. Quelques minutes plus tôt, elle avait prévenu qu’en l’absence de solution de débarquement, elle « décide d’entrer dans le port ».
Le procureur d’Agrigente a qualifié son geste de « violence inadmissible » et a lancé une procédure de « flagrant délit ». Le ministre italien de l’intérieur Matteo Salvini a assimilé son geste à « un acte criminel, un acte de guerre ».
Depuis fin 2018, Médecins sans frontières et SOS Méditerranée ont dû mettre un terme aux opérations de sauvetage de l’Aquarius. Plusieurs autres navires humanitaires occidentaux ont été bloqués à quai après des procédures administratives ou judiciaires.
Depuis janvier 2019, plus de 350 migrants ont péri en Méditerranée. L’ Union Européenne doit mettre fin à cette politique honteuse qui fait de la Méditerranée le plus grand cimetière marin du monde. C’est la « non-assistance à personne en danger » qui constitue un délit ; ce principe ne s’appliquerait donc pas aux migrants ?
Le MRAP refuse toute pénalisation de la solidarité, exprime son entière solidarité avec la capitaine Carola Rackete dont le seul objectif est de sauver des vies humaines et demande l’arrêt de toute poursuite ainsi que la restitution du Sea-Watch 3.

Paris le 30 juin 2019